La zakat sur les biens (l’argent)

mercredi 27 avril 2011
par  Webmaster
popularité : 46%


La zakat sur les biens


 


Le prélèvement de la zakat sur les salaires mensuels


Question : Je suis employé dans une société privée et je perçois chaque mois un salaire de quatre mille riyals saoudiens incluant une indemnité de non logement d’un montant de mille riyals saoudiens. Dois-je payer la zakat sur ce salaire ? Quel est alors le montant de la zakat ? Il faut noter que je n’ai pas d’autre source de revenu.


Réponse : Si, une fois réglées vos dépenses courantes, vous immobilisez le reste de la somme à titre d’épargne, et que cette épargne atteint le seuil de la zakat, soit environ près de quatre cent riyals saoudiens12, vous devez payer la zakat sur cette épargne. Mais, il est impératif qu’une année complète se soit écoulée depuis le moment où ce seuil a été atteint. Si vous mettez de côté chaque mois une partie de votre salaire, il est préférable que vous fixiez un mois précis, au cours duquel vous vous acquitterez chaque année de la zakat due sur votre épargne pour cette année-là et les années précédentes. Le taux de la zakat [sur l’argent] correspond à un quart du dixième, c’est-à-dire à 2.5 % de la somme totale.


Qu’ALLAH nous accorde le succès !


Cheikh Ibn Jibrine

  1. NDT : Le seuil d’imposition de la zakat est de 92 g pour l’or, 585 g pour l’argent. Tous les ans les musulmans doivent se renseigner sur le prix du gramme d’or du pays où ils résident et le multiplier par 92 pour connaître le seuil d’imposition de la zakat sur leur argent personnel (cette année au mois de janvier 2011 il est d’environ : 2918 € sur l’or).


 


La zakat de l’argent destiné au mariage


Première question : un homme a économisé de l’argent pendant plusieurs années afin de marier son fils. Doit-il payer la zakat sur cet argent, sachant qu’il n’économise cette somme que dans le but de financer le mariage de son fils ?


Réponse : Il doit prélever la zakat sur tout l’argent qu’il a économisé si celui-ci est resté intouché pendant une année, même s’il a l’intention de l’utiliser pour marier son fils, car tant que cet argent est en possession, il reste sa propriété, et il doit par conséquent payer sa zakat chaque année, jusqu’à ce l’argent soit dépensé pour le mariage ; c’est ce qu’il ressort des dispositions générales du Qur’an et de la sunna relatives au sujet.


Cheikh Ibn Baz


 


Deuxième question : Je suis fonctionnaire et je perçois mensuellement environ quatre mille riyals (4.000). En En un an, j’ai réuni un somme de dix-sept mille riyals (17.000) que j’ai placée dans un compte en banque sans l’investir. Je m’apprête à dépenser cette somme pendant le mois de Chawal -inchaa ALLAH- car je vais me marier et m’endetter pour un montant plusieurs fois supérieur à cette somme pour couvrir les frais du mariage. Ma question est donc la suivante : Est-ce la zakat est obligatoire sur ces dix-sept mille riyals, sachant que cette somme a été économisée en un an environ ? Et si la zakat est obligatoire sur cette somme d’argent, quel est le taux à appliquer ?


Réponse : la zakat est obligatoire sur la somme évoquée si elle est restée intouchée pendant une année, même si elle est destinée au financement du mariage ou au remboursement d’une dette ou à la construction d’une maison etc.., conformément aux arguments généraux indiquant l’obligation de payer la zakat sur l’or, l’argent et assimilés. La part obligatoire est le quart du dixième de la somme, c’est-à-dire vingt-cinq riyals pour mille riyals [2,5%]. Qu’ALLAH nous accord le succès.


Cheikh Ibn Baz


 


La zakat est obligatoire sur le capital et le bénéfice


Question : il est notoire que l’on est redevable, au titre de la zakat sur les biens, d’une aumône sur les biens possédés depuis plus d’un an, comme la monnaie, les produits des récoltes, l’or et l’argent. Mais nous aimerions avoir des renseignements concernant la zakat due sur l’argent atteignant le seuil d’imposition et épargne dans une banque islamique ? Est-ce le même taux, sachant que le pourcentage du bénéfice obtenu dans cette banque est négligeable ?


Réponse : L’argent déposé dans une banque islamique est soumis à la même règle que les autres biens ; il est obligatoire de payer sa zakat et celle de son bénéfice, lorsque la période d’un an s’est écoulée. Rappelons qu’elle correspond au quart du dixième de la somme initiale et des bénéfices pris ensemble [2,5%].


Cheikh Ibn Baz


 


La zakat est obligatoire pour toute somme immobilisée pendant un an si elle atteint le seuil d’imposition.


Question : Une personne a épargné une certaine somme d’argent à la sueur de son front. Une année s’est écoulée depuis qu’elle a été placée la majeure partie de cette somme en épargne ; toutefois ; elle la investie ensuite dans des affaires qui lui ont rapporté des bénéfices. Elle voudrait savoir si la zakat est éxigible sur cette somme ?


Réponse : La zakat est obligatoire sur l’argent qu’elle a économisé et qui a été immobilisé un an durant après avoir atteint le seuil d’imposition. Peu importe qu’elle le dépense par la suite pour financer un mariage ou autres chose. Si elle ne s’acquitte pas de la zakat due sur ses biens, cela lui est compté comme une dette qu’elle doit payer. Quand à l’argent qui a été épargné pendant moins d’un an, c’est-à-dire qu’elle l’a dépensé avant ce délai, il n’y a pas de zakat à payer dans ce cas.


Le comité Permanent


 


La zakat sur l’épargne


Question : la zakat est-elle obligatoire sur la partie du salaire qu’on épargne pendant un an, même si elle ne me rapporte pas d’intérêt, et sachant que je mets de coté afin d’assuré ma subsistance et celle de ma famille ? La zakat est-elle encore obligatoire dans ce cas ?


Réponse : Oui, la zakat est obligatoire dès lors que cette somme est immobilisée pendant une année car l’intention de faire du commerce n’est pas une condition nécessaire pour qu’un bien soit soumis à la zakat. C’est pour cela que la zakat est imposée sur les fruits et les graines, même si l’on ne les destine pas à la vente. Dans le cas où une personne possède, par exemple, chez elle des dattiers dont la récolte atteint le seuil (requis pour la zakat), même si elle la destine à son utilisation personnelle, la zakat est obligatoire sur les fruits de ces dattiers ; c’est la même chose pour les plantes, et autres catégories soumises à la zakat. C’est aussi le cas du bétail qui paît sur de la terre ferme, la zakat est exigible, même si l’homme ne les destine pas à la vente. Il en est de même des dirhams même si l’homme ne les destine pas au commerce. Ainsi la zakat est obligatoire sur le salaire destiné à la subsistance du moment qu’il reste immobilisé un an durant en ayant atteint le seuil d’imposition requis.


Toutefois, voici une question qui perturbe bien des gens : beaucoup conservent l’argent qui provient du salaire mensuel, de la location mensuelle d’une maison ou d’une boutique, ou autres sources de ce genre, dans une caisse ou coffre, où ils placent et retirent sans cesse de l’argent ; dans ces condition, il devient difficile de distinguer les sommes possédées depuis plus d’un an du reste. Dans ce cas, nous disons que si tout au long de l’année la somme totale réunie n’as pas été inférieur au seuil de la zakat, il est préférable qu’il fixe le début de son cycle à partir de la date à laquelle il a épargné une somme égale au seuil de la zakat ; ensuite il paie sa zakat à la fin de son cycle d’un an. De cette façon, il aura payé à temps la zakat des sommes possédées depuis un an et il aura anticipé la zakat des sommes possédées depuis moins d’un an. Il n’y a pas de mal à payer la zakat à l’avance. Cette méthode est plus pratique pour lui que s’il considérait chaque mois isolément.


Cheikh Ibn Otheimine


 


Le seuil de la zakat sur l’argent


Le seuil de la zakat


Question : A l’époque du Messager (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), le seuil de la zakat sur l’argent était de 200 dirhams, ce qui équivaut à 57 riyals, et le seuil de la zakat de l’or était de 20 dinars. Toutefois, cela ne tient plus aujourd’hui, car 20 dinars n’équivalent pas à 57 riyals mais ont une valeur bien supérieure à cela. Que faire donc ?


Réponse : Le seuil de la zakat sur l’argent est de 200 dirhams, soit 56 riyals saoudiens en pièces d’argent ou


L’équivalent de leur valeur en billets de banque13. Le seuil de la zakat de l’or est de 20 mitsqals, c’est-à-dire le poids de onze pièces d’or saoudiennes et trois septièmes, ou l’équivalent de leur valeur en billets de banque qui ont la même appréciation que l’or.


Le Comité Permanent


 


NdT : Le seuil d’imposition de la zakat est de 92g pour l’or, 585g pour l’argent. Tous les ans les musulmans doivent se renseigner sur le prix du gramme d’or du pays ou ils résident et le multiplier par 92 pour connaître le seuil d’imposition de la zakat sur leur argent personnel(cette année au mois de janvier 2011 il est d’environ : 2918 € sur l’or)


 


Le seuil d’imposition sur les billets de banque en circulation


Question : Je voudrais faire part à Votre Eminence de la divergence de certains sur le seuil de la zakat sur les billets de banque en circulation. Parmi eux, il y en a qui ont dit que ce seuil est de 200 riyals, par analogie à 200 dirhams ; certains ont dit qu’il est de 56 riyals ; tandis que d’autres ont dit que c’est la valeur en riyals de 200 dirhams en pièces d’argent. Si nous évaluons le prix de 200 dirhams en pièces d’argent d’après le cours actuel, il sera de 800 riyals saoudiens à peu près. Je suis vraiment embarrassé par cette situation. Je vous prie de bien vouloir m’éclairer, -Qu’Allah vous récompense !


Réponse : Le seuil de l’argent à partir duquel la zakat est obligatoire est de 200 dirhams, qui équivalent à 140 mitsqals, soit une valeur de cinquante six riyals saoudiens en pièces d’argent ou l’équivalent en billet de banque14.


Qu’Allah nous accorde le succès. Que la paix et les bénédictions d’Allah sur Son Serviteur et Envoyé Muhammad, sur sa famille et sur ses Compagnons.


Le Comité Permanent.


14 NDT : Le seuil d’imposition de la zakat est de 92g pour l’or, 585g pour l’argent. Tous les ans les musulmans doivent se renseigner sur le prix du gramme d’or du pays ou ils résident et le multiplier par 92 pour connaître le seuil d’imposition de la zakat sur leur argent personnel(cette année au mois de janvier 2011 il est d’environ : 2918 € sur l’or)


 


Comment s’acquitter de la zakat sur l’argent ?


Question : J’ai un salaire mensuel qui excède mes besoins ; aussi, je place le surplus sur un compte bancaire, et chaque mois cette épargne augmente globalement, mais parfois le montant de la somme mensuellement épargnée n’est pas fixe.


Dois-je m’acquitter de la zakat mois par mois, une fois qu’une année entière se sera écoulée pour chacun de ces versements, avec les difficultés que cette méthode comporte, ou bien dois je choisir un mois précis de l’année au cours duquel je vais évaluer mon capital et m’acquitter de la zakat de façon globale, et attendre ensuite le retour de ce mois l’année suivante pour faire de même, et ainsi de suite ?


Réponse : Nous vous recommandons la seconde méthode, car plus facile et pratique et méritoire du


point de vue de l’adoration : vu que vous anticiperez le paiement de la zakat, votre récompense n’en sera que plus grande -in-chaa-Allah-. Vous choisirez donc un mois précis comme par exemple le mois de Ramadan


chaque fois que ce mois arrivera, vous évaluerez le montant de votre épargne et vous acquitterez de la zakat correspondante pour Allah, même si une partie de la somme n’a été épargnée que depuis un ou deux mois.


Cheikh Ibn Jibrine


 


Comment s’acquitter de la zakat ?


Première question : Un fonctionnaire verse chaque mois une partie de son salaire mensuel sur son compte d’épargne, mais le montant de cette épargne varie : il y a des mois où la somme versée est réduite et d’autres où elle augmente. Une année entière s’est écoulée depuis le versement des premières sommes, mais ce n’est pas le cas pour le reste, de plus il ne connaît pas le montant exact de chaque versement mensuel. Comment peut-il s’acquitter de la zakat ?


Deuxième question : Un autre fonctionnaire perçoit un salaire mensuel et garde chez lui, dans un coffre, tout ce qu’il perçoit. Il retire de ce coffre chaque jour et à intervalles rapprochés des sommes différentes en fonction de ses besoins et de ceux de sa maison. Comment évaluer si son épargne a achevé ou non le cycle d’un an ? Comment s’acquitter de la zakat dans un cas pareil, sachant, comme nous l’avons dit plus haut, que l’épargne n’a pas été immobilisée dans son intégralité pendant un an ?


Réponse aux deux questions : Etant donné que la première et la seconde question vont dans le même sens, le Comité Permanent a jugé bon d’apporter une réponse globale qui profite aux deux. Prenons donc le cas de celui qui possède une somme d’argent atteignant le seuil requis pour la zakat, et y ajoute ensuite d’autres sommes d’argent à des moments différents qui ne résultent pas de la première et ne proviennent pas d’elle, mais sont complètement indépendantes comme celles qu’un fonctionnaire épargne mensuellement sur son salaire, celles qui proviennent d’une succession, d’un don ou des revenus de location d’un immeuble... S’il est soucieux de mener les choses avec soin, s’il désire ne payer aux ayant droits que la zakat à laquelle ils ont droit sur ses biens, il lui faut établir un fichier de comptes pour ses gains dans lequel il établira le cycle annuel particulier à chacune de ces sommes et qui commence le jour de leur acquisition. Ensuite, il s’acquitte de la zakat de chaque montant séparément, à chaque fois qu’il arrive à la fin du cycle d’un an à partir du jour de son acquisition.


Mais s’il ne veut pas se fatiguer inutilement, emprunte la voie de la générosité et se réjouit de préférer les pauvres et les autres bénéficiaires de la zakat à sa personne, il s’acquittera de la zakat exigible sur tout l’argent qu’il possède quand une année se sera écoulée à partir de la date à laquelle il a atteint le seuil de la zakat. Ceci lui assure une plus grande récompense, l’élève en degré, lui assure plus de tranquillité, et lui permet de mieux veiller à la sauvegarde des droits des pauvres, des nécessiteux et de l’ensemble des ayant droits de la zakat. Quant au surplus qu’il paye en plus de la zakat obligatoire, qu’il considère cela comme une largesse, une charité supplémentaire offerte à titre de reconnaissance envers Allah pour Ses bienfaits et Ses innombrables libéralités et dans l’espoir qu’Allah () lui augmente Ses bienfaits ; Allah () dit en effet :


(Si vous êtes reconnaissants, très certainement .J ’augmenterai [Mes bienfaits] pour vous)15.


Qu’Allah Mous accorde le succès.


Le Comité Permanent


15. Sourate 14/Verset 15


 


II est permit de payer la zakat en l’avance


Question : Je suis fonctionnaire et chaque mois je verse une partie de mon salaire sur mon compte d’épargne. Le montant de cette épargne varie. Comment m’acquitter de la zakat dans ce cas ?


Réponse : Il vous incombe de vous acquitter de la zakat sur toute somme placée en épargne pendant un an. Si vous vous acquittez de la zakat sur l’ensemble de votre épargne après qu’une année se soit écoulée sur le premier montant, c’est suffisant ; dans ce cas, la zakat des dernières sommes est payée à l’avance, puisque pour cette partie, le délai d’un an ne s’est pas encore écoulé. Le paiement anticipé de la zakat est permis, surtout en cas de besoin.


Le Comité Permanent


 


Jugement islamique relatif au paiement de la zakat à son frère et à son oncle ( ou un proche parents)


Question : Est-il permis à une personne de donner la zakat à son frère besogneux (il est pauvre et travaille mais ses revenus ne lui suffisent pas) ?


De même, est-il permis à une personne de donner la zakat à son oncle s’il est pauvre ? La femme peut-elle donner la zakat de ses biens à son frère, à sa tante ou à sa sœur ?


Réponse : Il n’y a pas de mal à ce qu’un homme ou une femme donne sa zakat à son frère, sa soeur, son oncle, sa tante et à tous les autres proches parents, s’ils sont pauvres, conformément aux arguments généraux relatifs à ce sujet. Bien mieux, leur donner la zakat constitue à la fois une aumône et un moyen de consolider des liens de parenté. Le Prophète () a dit en effet : « La Sadaqah (zakat) donnée à un indigent est une Sadaqah et celle donnée à un proche parent, est une Sadaqah et une consolidation des liens de parenté ... ». Il faut excepter cependant de cela les parents et leurs géniteurs, de même que les enfants mâles et femelles, et leurs descendants. En effet, on ne doit pas leur donner la zakat, même s’ils sont pauvres. Il incombe à l’individu d’utiliser ses biens pour subvenir à leurs besoins s’il en est capable et s’il n’y a personne en dehors de lui pour les prendre en charge.


Cheikh Ibn Baz


 


Le paiement de la zakat à sa sœur


Question : J’ai une sœur mariée dont la situation n’est pas facile ; m’est-il permis de 1ui donner une partie de la zakat de mes biens afin de remonter son niveau de vie et de l’aider à éduquer ses enfants ?


il faut signaler que son mari ne s’occupe que de sa propre personne et que nous nous sommes lassés de chercher à améliorer sa conditions.


Réponse : Si elle est pauvre, si son mari ne subvient pas à ses besoins et que vous n’avez pas réussi à améliorer la situation de ce dernier et s’il n’y a personne pour le ramener à l’ordre, il est permis de lui donner la zakat en fonction de ses besoins.


Cheikh ibn Baz


 


La zakat sur l’argent prêté


La zakat sur la dette


Question : J’ai réclamé une dette auprès d’un frère qui doit me la rembourser, dois-je payer la zakat sur cet argent ?


Réponse : Si la dette que vous réclamez a été contractée par des gens solvables qui sont en mesure de vous rendre votre dû dès que vous le sollicitez, vous devez payer la zakat correspondante chaque année : c’est comme si vous étiez effectivement en possession de votre argent et que vous l’aviez mis en dépôt chez eux. Par contre, si l’endetté est insolvable et ne peut pas vous rembourser, ou s’il n’est pas insolvable mais diffère le remboursement sans que vous soyez en mesure de récupérer votre droit, le point de vue juste parmi les avis des savants à ce sujet est que vous n’êtes pas tenu de payer la zakat dans ce cas jusqu’à ce que vous récupériez votre argent. Lorsque vous le récupérerez, vous entamerez un cycle d’un an et vous acquitterez de la zakat lorsqu’il sera révolu. Il n’y a pas de mal à ce que vous payiez la zakat d’une année à titre de remplacement pour toutes les années où l’emprunt ne vous a pas été restitué ; tel est l’avis de certains savants. Toutefois, vous n’êtes obligé de payer la zakat qu’à partir du moment où vous aurez été remboursé et que le cycle d’un an aura été achevé : à ce moment, vous serez obligé de payer la zakat. C’est sur cette dernière opinion que je porte mon choix.


Cheikh Ibn Baz


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois